The Wall: Edgar Plans

(Project)


Download

Le travail d’Edgar Plans fait écho à la mouvance Contemporary Faux Naïf. Recherchant dans l’art enfantin, l’art brut, un accès direct à l’expression artistique pure, Edgar Plans se libère du vernis de la culture. Dans un mélange naïf de Street-Art et d’illustration de littérature jeunesse, clin d’œil à l’adolescence et son affichage insolent, Edgar Plans nous livre une esthétique brute et infantile à la fois.
Pour ce projet The Wall : Edgar Plans, présenté à la galerie Almine Rech Brussels, l’artiste espagnol présentera une grande peinture ainsi que sept œuvres de petit format. Face à The Wall, nous nous projetons dans une aire de jeux aux couleurs acidulées. Ce skate- park fort animé où des tremplins aériens accueillent les Animal Heroes, personnages créés par Edgar Plans à des jeux divers, clins d’œil au jeu vidéo, aux comics, au Street-Art bien sûr.
Au second regard, c’est à De Chirico et son jeu de perspectives que nous songeons, par son côté surréaliste, dans un subtil déséquilibre entre l’antique et le contemporain. Un sentiment d’apesanteur, de balancement créé par ces passerelles mobiles, berce le spectateur dans une sensation lénifiante et euphorisante. Cette peinture grand format est accompagnée d’une série de portraits en petit format.
Personnifier et individualiser le détail d’une œuvre dans des portraits de petit format, permet à l’artiste de donner une âme à ces personnages de jeux vidéo d’habitude standardisés, stéréotypés. Les figures asexuées d’Edgar Plans témoignent d’une critique à l’égard du sexisme et du racisme.