Gregor Hildebrandt

Orphische Schatten


Download

Vernissage le 6 juin, 2013 de 17 à 20h


La Galerie Almine Rech a le plaisir de présenter la seconde exposition personnelle de Gregor Hildebrandt à Bruxelles.

Pour cette exposition, Gregor Hildebrandt s’est laissé guider par une peinture de René Daniëls. "J’ai vu cette œuvre une seule fois, lorsque j’étais adolescent, à travers une porte de verre à la Documenta de 1992". L’œuvre représente un espace dans lequel plusieurs toiles apparaissent en blanc dans l’obscurité. Gregor Hildebrandt conçoit ce projet comme un hommage à Daniëls. Il réinterprète cette peinture en en conservant les dimensions et en remplaçant sa teinte bleue–noire par des bandes de cassettes audio. Celles-ci ont été préalablement enregistrées avec la chanson de Jacques Brel "La quête", extraite de la comédie musicale Don Quichotte "L’homme de la Mancha". “J’ai choisi cette chanson car la peinture de Daniëls m’évoque des associations très traumatiques : la toile en forme de bougie brille comme l’étoile de la chanson de Brel."

Prenant cette peinture comme point central de l’exposition, Gregor Hildebrandt a transposé sa composition à l’espace de la galerie, créant ainsi une mise en abîme. Nimbés de noir à la manière de l’espace créé par Daniëls, les murs de la galerie sont intégralement recouverts de bandes de cassettes VHS. Les toiles suivent la composition d’origine pour s’émanciper au fur et à mesure de l’accrochage. Sur les bandes de cassettes VHS est enregistré le film "Orphée" de Jean Cocteau. Par cette référence, Gregor Hildebrandt convoque dans l’exposition des éléments récurrents de son œuvre, tels que le miroir, l’eau et ses reflets. Le film, emprunt de lyrisme et de romantisme, laisse deviner une atmosphère et suggère le sentiment que derrière la surface, il se dégage autre chose.

Hildebrandt a également réalisé pour cette exposition un large triptyque inspiré d’un poème de Paul Celan "Zähle die Mandeln ". Son motif provient d’un film de Ute Aurand, montrant l’ondulation de la voix de Celan. L’onde rappelle à l’artiste une Élégie de Motherwell. Hildebrandt conclut ainsi : “Je crois qu’il y a aussi une version de l’histoire dans laquelle Orphée ramène d’entre les morts son amour au sacrifice de sa voix. Les toiles sont silencieuses à ce propos.”

Gregor Hildebrandt est né en 1974 à Bad Homburg en Allemagne. Il vit et travaille à Berlin. En 2013, il a participé à l’exposition de groupe “Decenter: An Exhibition on the Centenary of the 1913 Armory Show” au Abrons Art Center à New York. En 2012, il a fait l’objet d’une exposition personnelle avec Jorinde Voigt au musée Van Bommen van Dam à Venlo aux Pays-Bas, et a prit part à l’exposition “A House Full of Music” à l’Institut Mathildenhöhe à Darmstadt en Allemagne. En 2013, il sera exposé au Kunsthaus Nürnberg à Nuremberg en Allemagne  et participera à une exposition organisée par The Chalet Society pendant la Biennale de Venise, sur l’île San Servolo.