John Giorno

Eating the Sky


Download

Pour la première fois à Bruxelles, la galerie Almine Rech présente une exposition personnelle de John Giorno, qui sera inaugurée le jeudi 28 octobre par une performance poétique inédite de l’artiste.

Né en 1936 à New York, John Giorno, figure instigatrice du mouvement de la Beat Generation, est un proche de William Burroughs, Allen Ginsberg et Brion Gysin ou encore d’Andy Warhol, Jasper Johns et Robert Rauschenberg, dont il porte aujourd’hui l’héritage.

La révolution Beat s’est fondée autour du principe selon lequel la bonté de la nature humaine serait prise dans les filets d’une société coercitive, idée en réaction avec le pessimisme ambiant d’après guerre. L’art pensaient-ils permet d’outre passer les valeurs morales traditionnelles et d’explorer toutes les possibilités de l’homme, duquel il élargit le champ de la perception et l’expérience intérieure. L’art apparaît ainsi comme le véhicule idéal de transformation de soi, idée nouvelle et fondamentale de l’émergence artistique des années 60.

Le poème visuel « Eating the sky » de John Giorno présenté récemment à l’exposition « Traces du sacré » au musée George Pompidou à Paris, illustre bien cette recherche de spiritualité inhérente à la Beat Generation et à la vie même de John Giorno.
Pour reprendre Frank O ‘Hara, John Giorno est « un poète parmi les peintres » et à l’instar de Warhol, Rauschenberg et Jasper John, il a bouleversé notre conception de la poésie.

Il s’intéresse également aux autres disciplines artistiques et en 1963, il devient le protagoniste du célèbre film « Sleep » d’Andy Warhol.
Deux ans après, il fonde « Giorno Poetry Systems » (GPS), où les différents média d’oeuvres sont utilisés comme moyen de diffusion de la poésie. Ce collectif d’artistes deviendra également une maison de disque, elle permettra la production d’oeuvres de musiciens, de poètes et de performeurs qui se révéleront être pour un grand nombre des artistes déterminants du XXème siècle, tels que John Cage ou Brion Gysin.

John Giorno est aussi l’un des créateurs des « Performance Poetry » ces représentations artistiques qui, de par leur aspect sonore et visuel, génèrent aujourd’hui de nouvelles tendances.
En 1968, GPS lance le projet « Dial a poem » (un appel téléphonique permet l’écoute d’un poème), projet auquel ont participé notamment William Burroughs et Allen Ginsberg.Le succès est immense, à l’image de l’ambition de John Giorno.
Grâce à ces nouveaux media, il sort la poésie des bancs confidentiels de ses lecteurs et permet sa démocratisation en gagnant un plus large public. John Giorno va donner un prolongement plastique à sa recherche. Ses peintures, dessins ou sérigraphies se composent de mots ou d’expressions tirées de ses poèmes, repris dernièrement dans le livre Subduing Demons In America, Selected Poems 1962- 2007 de Marcus Boon.

Pour cette exposition, « Eating the Sky », le poète nous dévoile l’évolution de ces « Poem Paintings » avec 26 peintures et 16 dessins. Poète engagé et visionnaire, John Giorno nous invite ici à repenser notre façon de percevoir les images et les mots, et permet à la poésie sonore de s’imposer aujourd’hui comme un art à part entière.